Test du Samsung Galaxy Z Flip : le retour réussi du téléphone à clapet

Commercialisé 1509 euros, le Galaxy Z Flip est, à ce jour, le moins cher des smartphones pliants. En plus d’introduire un nouveau type de design, il met en lumière l’avance technologique prise par Samsung au niveau des écrans.

Le Galaxy Z Flip n’est pas le successeur du Galaxy Fold. Un an après avoir présenté un smartphone capable de se transformer en tablette, Samsung a décidé de miser sur un nouveau design un peu moins original… celui bien connu du téléphone à clapet. La résurrection de ce form-factor permet de diviser par deux la hauteur de l’appareil – en le repliant sur lui-même -, ce qui facilite grandement son transport. La marque coréenne a aussi imaginé de nouveaux types d’utilisations que nous vous présenterons plus loin.

Avant de passer au test du Galaxy Z Flip, laissez-nous vous conseiller d’aller l’essayer vous-même. S’il nous semble facile de critiquer le concept de smartphone pliant, la réalité est que son utilisation est beaucoup plus convaincante. Si vous en avez l’occasion, nous vous recommandons vivement d’en manipuler un quelques minutes (dans un magasin par exemple).

Le smartphone qui voulait être un PC portable

Souvenez-vous, en avril 2019, le Galaxy Fold avait raté ses débuts. Accusé par la presse américaine de ne pas être suffisamment solide, le lancement du premier smartphone pliant de l’histoire avait été repoussé, histoire de laisser à Samsung du temps pour effectuer quelques optimisations matérielles. Finalement commercialisé en septembre, le Galaxy Fold remanié n’a cette fois-ci pas cassé mais a laissé de nombreux observateurs sceptiques quant à l’avenir des écrans pliants. Beaucoup s’interrogeaient alors sur la capacité d’évolution de cette technologie.

Un an après, Samsung a plus que répondu aux doutes. Les progrès entre le Galaxy Fold et le Galaxy Z Flip sont tels que l’on croirait presque tester une nouvelle catégorie de produits. Par exemple, la charnière du Flip (la pièce mécanique qui relie les deux parties de l’écran) n’offre plus du tout les mêmes sensations. En plus d’être silencieuse (celle du Fold craquait légèrement), elle permet pour la première fois de maintenir son smartphone déplié selon différents angles, comme s’il s’agissait d’un ordinateur portable. Il est de ce fait possible de poser son Galaxy Z Flip sur une table et d’orienter la partie supérieure de son écran à 90 degrés pour ne pas avoir à le tenir. C’est cool non ?

Lionel Morillon / 01net.com – Lorsque l’on plie son Galaxy Z Flip à 90 degrés, l’application Galerie s’adapte et affiche le contenu image dans la partie supérieure de l’écran.

Au-delà de l’exploit matériel, nous ne pouvons que saluer les bonnes idées logicielles de Samsung. En travaillant avec Google, la marque coréenne a trouvé un moyen d’adapter l’interface de certaines applications à ce format inédit. Par exemple, si vous vous trouvez dans l’application Appareil photo et que vous décidez de plier légèrement l’écran, le retour caméra bascule en haut tandis que les commandes vont en bas (on peut ainsi s’éloigner pour prendre une photo à distance). Sur YouTube, la vidéo occupe la partie haute et les commentaires s’installent en-dessous. Même chose lors des appels Google Duo, vous pouvez poser votre smartphone sur une table et redresser son écran pour ne plus avoir à le tenir. Et donc juste vous concentrer sur votre appel vidéo.

À l’heure actuelle, le nombre d’applications compatibles avec ce procédé est encore très limité. Nous devons tout de même reconnaître que ces idées sont excellentes. Cela réinvente vraiment la manière d’utiliser son smartphone.

LM / 01net.com – On peut aussi se servir du Galaxy Z Flip comme d’un miroir.

Samsung met également en avant l’affichage simultané de deux applications ce qui, pour le coup, nous a plutôt déçu. L’affichage fractionné rapetisse chaque application, ce qui les rend assez inutilisables.

Autre chose que nous regrettons, beaucoup de fonctionnalités amusantes ne sont pas activées par défaut. Par exemple, pour décrocher un appel en ouvrant le smartphone, il faut activer un paramètre dans les sous-menus de l’application Téléphone. Même chose pour la reconnaissance faciale, par défaut, il faut effectuer un balayage du doigt sur l’écran après avoir ouvert le smartphone. Le déplier ne suffit pas. Nous aurions aimé que la marque exploite (encore) mieux ce format. Nous pouvons toujours nous consoler en installant un émulateur de Gameboy ou DS qui, pour le coup, se prête vraiment bien au format pliant.

Nicolas Lellouche@LelloucheNicoEn réponse à @LelloucheNico

Très bonne soirée à toutes et à tous !21819:14 – 14 févr. 2020Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité47 personnes parlent à ce sujet

Le premier écran en verre pliable, oui mais…

L’autre progrès majeur de Samsung avec son Galaxy Z Flip est l’utilisation d’un écran en verre pliable plutôt que 100% plastique. À l’utilisation, on ressent en effet la fermeté de ce matériau, ce qui renvoie une impression de solidité. Le problème est, qu’en réalité, cet écran n’est pas fait que de verre… 

À lire aussi : Samsung : l’écran du Galaxy Z Flip est vraiment en verre… mais recouvert de plastique

Ce que Samsung a oublié d’expliquer lors de la présentation de son smartphone pliant est, qu’à l’heure actuelle, il est impossible de plier du verre sans protection supplémentaire. La dalle d’UTG (ultra thin glass) utilisée par le Coréen est donc recouverte d’un film plastique, ce qui la rend plus épaisse. Cet ajout n’est pas sans conséquence, il est facile de rayer son Galaxy Z Flip.

LM / 01net.com – La charnière du Galaxy Z Flip.

Avant de vous affoler, rappelez-vous tout de même un point important : l’écran du Galaxy Z Flip se replie intégralement sur lui-même. Ce qui signifie que lorsque vous le transportez dans votre poche, son écran n’est en contact avec… rien. Il est protégé. Autrement dit, y a-t-il vraiment un risque de le rayer ?  

LM / 01net.com – Dans la poche, le Galaxy Z Flip est tout petit.

Un incroyable écran géant

Déplié, le Galaxy Z Flip arbore un grand écran de 6,7 pouces, comme le Galaxy S20+ ou le Galaxy Note 10+. Il subsiste néanmoins une différence majeure entre ces appareils, le ratio d’écran. En effet, l’écran de 6,7 pouces du Galaxy Z Flip est au format 22:9 alors que celui du Galaxy S20+ est un 20:9. Cela signifie qu’à diagonale égale, l’écran du smartphone pliant est bien plus étroit et s’étend plus en longueur.

Résultat, le Galaxy Z Flip est bien plus agréable à utiliser. Il est très facile à tenir en main et, contrairement à ce que nous aurions pu imaginer lors de nos premières heures avec le mobile, son format tout en longueur se révèle une excellente idée. La plupart des applications modernes fonctionnent sous la forme d’un flux, ce qui permet d’afficher plus de contenus d’un coup. Voilà l’avantage de ce nouveau genre de smartphones pliants. La longueur de l’écran n’est plus un problème pour la poche puisque, replié, le smartphone devient tout petit.  

LM / 01net.com – Le Galaxy Z Flip déplié est un long smartphone.

Sans égaler la qualité d’affichage des Galaxy S et Note, le Galaxy Z Flip appartient sans le moindre doute à l’univers du haut de gamme. Son écran est très lumineux comme en témoignent les mesures de notre laboratoire (576 cd/m2 en moyenne, jusqu’à 631 cd/m2 en mode boost). En revanche, au niveau de la fidélité des couleurs, Samsung fait un retour en arrière. Le Z Flip est configuré sur un affichage vif par défaut (les couleurs saturent, Delta E de 4,51) alors qu’un mode naturel permet d’avoir d’excellents résultats (Delta E de 2,04). Tout ceci est d’autant plus regrettable que, sur les Galaxy S, c’est bien le mode naturel qui est configuré par défaut. On vous recommande donc d’effectuer ce changement si vous faites l’acquisition de ce téléphone pliant.

LM / 01net.com – Sur le côté, on voit le pli du Galaxy Z Flip.

Mentionnons également le pli du Galaxy Z Flip. Au milieu de l’écran, il y a en effet une pliure bien visible. Heureusement pour nous, cette dernière est invisible lorsque l’on se tient en face du mobile. En revanche, si quelqu’un est appuyé sur votre épaule et regarde votre smartphone, il ou elle verra le pli. Samsung n’a pas encore trouvé de solution miracle. 

Autre point qui pourrait en gêner certains, l’écran du Galaxy Z Flip n’est « que » Full HD+. La différence n’est pas franchement visible à l’œil nu – on bénéficie tout de même d’une haute résolution de 425 ppp – mais les plus geeks auront certainement du mal à effectuer ce retour en arrière. Il faut aussi se contenter d’un taux de rafraîchissement de 60 Hz (comme sur les S10) et non pas de 120 Hz (comme les S20).  

Le petit écran au dos déçoit

Refermé, le Galaxy Z Flip laisse à son utilisateur la possibilité de consulter l’heure et ses notifications au travers d’un tout petit écran de 1,06 pouce. Ce dernier permet aussi de prendre des selfies ce qui, bien entendu, n’est pas du tout pratique.

LM / 01net.com – Un tel écran sur un smartphone n’est pas loin d’être inutilisable.

Cet écran secondaire aurait pu être pratique. En réalité, il s’agit sûrement de la plus grosse erreur de Samsung avec ce Galaxy Z Flip. Rien ne fonctionne correctement.

En effet, l’absence d’un mode « toujours allumé » pose déjà problème. L’heure n’y est pas affichée en permanence et il faut forcément toucher deux fois l’écran ou appuyer sur un bouton pour le réveiller. C’est déjà peu pratique. Comme si cela ne suffisait pas, l’écran de 1,06 pouce du Flip manque cruellement de réactivité. Le geste nécessaire à l’affichage des notifications (un glissement vers la droite) ne fonctionne qu’une fois sur deux. Enfin, lire une notification sur un tel écran est presque mission impossible. Le défilement du texte est extrêmement long et nous n’avons jamais le temps d’arriver au bout d’une phrase puisque l’écran se met en veille. 99% du temps, on ouvre donc son smartphone.

LM / 01net.com –

Un design presque bien pensé

Au niveau du design, nous tenons tout de même à saluer les efforts de Samsung. L’utilisation d’un poinçon plutôt que d’une encoche améliore la l’immersion dans l’écran, les bordures sont symétriques et l’appareil est très léger (183 grammes). Le Galaxy Z Flip est si réussi qu’il en est presque mignon. La marque coréenne réussit vraiment son coup et montre le savoir-faire de ses équipes design.

Malheureusement, le design du Galaxy Z Flip présente aussi quelques défauts. Nous en avons relevé trois particulièrement gênants comme le fait que l’appareil marque beaucoup les traces de doigts et n’est pas facile à déplier d’une seule main. Enfin, fermé, le Galaxy Z Flip est aussi glissant qu’une savonnette. Posé sur une surface non plate comme un chargeur sans-fil, il y a des chances que l’appareil tombe tout seul. Pas très rassurant.

LM / 01net.com – La caméra frontale du Galaxy Z Flip se cache dans un poinçon.

Presque le top du top

Équipé du processeur Snapdragon 855+ et de 8 Go de RAM, le Galaxy Z Flip appartient à la catégorie des smartphones haut de gamme. Vous ne serez pas surpris d’apprendre que tout fonctionne donc correctement sur cet appareil. One UI, l’interface logicielle utilisée par Samsung en complément d’Android, est toujours aussi agréable à utiliser.

Il faut tout de même admettre que Samsung n’a pas équipé son Z Flip des meilleurs composants au monde comme il nous a jusqu’à maintenant habitué à le faire. Citons notamment l’absence de haut-parleurs stéréo (on doit se contenter d’un piètre haut-parleur mono), l’absence du Wi-Fi 6 et la non-compatibilité avec la 5G que l’on devrait pourtant voir lancée dans de nombreux pays en 2020. Autre point regrettable, mais pas forcément handicapant, seuls les Galaxy S20 profitent des processeurs Exynos 990 et Snapdragon 865 de 2020. Le Z Flip, lui, utilise un processeur sorti mi-2019.

Enfin, dernier point un peu plus inquiétant, le laboratoire de 01net.com a remarqué que le Galaxy Z Flip pouvait chauffer jusqu’à 43 degrés lorsque son processeur était trop stimulé. Cela ne devrait pas gêner votre utilisation (C’est la partie supérieure qui chauffe beaucoup et ce n’est pas celle que vous tenez), Mais nous nous demandons ce qu’il adviendra en plein été lorsque vous utiliserez le smartphone en pleine fournaise.

À lire aussi : Premiers tests du Galaxy Z Flip: le smartphone pliant de Samsung a-t-il des problèmes de chauffe ?

Autonomie : Samsung ne fait pas de miracle

En misant sur une batterie de 3300 mAh séparée en deux (il y a un bout dans chaque partie du smartphone), Samsung a pris un risque. La norme se situe plutôt autour des 4000 mAh aujourd’hui et le Galaxy Z Flip partait donc avec le risque de ne pas être très endurant. Nos tests en laboratoire confirment nos inquiétudes. Ce n’est franchement pas folichon.

Avec son autonomie polyvalente de 11h39, le Galaxy Z Flip arrive loin derrière les meilleurs smartphones du moment comme l’iPhone 11 Pro Max (19h18), le Huawei P30 Pro (17h26) ou le Xiaomi Mi Note 10 (17h17). Il fait aussi moins bien que le Galaxy S10 (12h01), un smartphone qui ne profite déjà pas d’une autonomie époustouflante. Le constat est le même en streaming vidéo où l’autonomie de 11h02 du Galaxy Z Flip le place dans la moyenne basse du classement. Enfin, en communication, il est possible de téléphoner jusqu’à 22h21 d’affilée selon nos mesures. C’est là encore moins bien que de nombreux autres smartphones, sans être catastrophique.

LM / 01net.com – Samsung offre une coque en plastique dans la boîte du Galaxy Z Flip.

Précisons toutefois qu’au quotidien, le Galaxy Z Flip s’en sort convenablement. Nous avons achevé chacune de nos journées de test avec 10% d’autonomie restante. Ce n’est pas assez pour oublier son chargeur en week-end mais il est possible de survivre à une journée classique sans problème. Pour le recharger, notez qu’il faut 1h28 avec le chargeur fourni dans la boîte (15W). Le mobile est aussi compatible avec la recharge sans-fil.

Photo : aussi bon qu’un Galaxy S10

Au dos du Galaxy Z Flip, on trouve un double module caméra. C’est le zoom que Samsung a décidé de sacrifier puisque son smartphone pliant n’a pas de téléobjectif et se contente d’un grand-angle et d’un ultra grand-angle. Tous deux sont associés à des capteurs de 12 Mpix similaires à ceux d’un Galaxy S10. À vrai dire, le double module caméra du Galaxy Z Flip n’est ni plus ni moins que celui du Galaxy S10e. Pas besoin d’en dire plus, il est très satisfaisant dans la plupart des situations.

01net.com – Photo prise avec le module grand-angle.
01net.com – Photo prise avec le module grand-angle.
01net.com – Photo prise avec le module grand-angle.
01net.com – Photo prise avec le module grand-angle.

Cliquez-ici pour consulter une plus large sélection de photos prises au Samsung Galaxy Z Flip

Prix, la taxe française

Le dernier point que nous souhaitions évoquer dans notre test du Galaxy Z Flip concerne le prix de l’appareil. Si les 1509 euros demandés par Samsung ne nous surprennent pas vraiment du fait de l’innovation proposée par l’entreprise coréenne, nous avons surtout du mal à digérer la différence entre le prix en euros et celui pratiqué en dollars. En effet, chez nous, le Galaxy Z Flip coûte 150 euros de plus que le Galaxy S20 Ultra (1359 euros). Aux États-Unis, c’est l’inverse, le Galaxy Z Flip coûte… 19 dollars de moins que le Galaxy S20 Ultra (1380 dollars contre 1399 dollars). Pourquoi la France paye-t-elle plus cher le Z Flip ? Samsung n’a pas su nous fournir de réponse même si l’on peut suspecter que cette décision est purement marketing.

source: 01net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *