Séminaire Bilan annuel 2020 de la Dgi / Ouattara Sié Abou , le Dg : « …Nous pouvons soustraire notre pays de l’aide extérieure »

Ouvert par le ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Moussa Dosso, le Séminaire Bilan annuel 2020, Objectifs et perspectives 2021 de la Direction générale des Impôts (Dgi), s’est déroulé hier 9 février 2021 à Heden Golf Hôtel à Cocody-Riviéra.

Il s’est agi, des dires du Directeur général de cette structure étatique, Sié Abou Ouattara, de : « Faire le bilan des activités de l’exercice écoulé, à partir de l’analyse des résultats obtenus au cours de cette période ; de s’approprier les objectifs de l’année en cours, et adopter les méthodes et stratégies idoines, afin de pouvoir réaliser effectivement les objectifs de recettes de l’année en cours ». Comme le monde entier le sait, la première vague de la maladie à coronavirus a fait d’énormes dégâts. Ce qui naturellement a affecté les les recouvrements. En attendant que la Direction de la Planification, des Statistiques et Etudes fiscales ne livrent leurs conclusions, le Dg Sié Abou Ouattara, a fait savoir les chiffres en sa possession. Les engagements à honorer et à respecter pour le compte de l’année 2020 fixés à sa structure étaient de 2 295,9 milliards de francs Cfa. Malgré la pandémie, elle a eu pour réalisations brutes, 2 352,1 milliards de francs Cfa. Ceci revient à avoir un écart  positif de 56,2 milliards de francs Cfa, pour un taux de réalisation de 102,4 %. Comparaison faite, en 2019, les résultats bruts se sont chiffrés à 2 302,8 milliards de francs Cfa. Le constat est que les recettes au titre de l’exercice 2021, sont en hausse de 49,3 milliards de francs Cfa. Elles ont donc progressé de 2,1%. Le Dg de la Dgi a salué cette performance au vu des effets de la covid-19 qui ont permis le faible rendement de la Tva et de l’impôt foncier. Sans oublier les troubles sociaux politiques, nés de l’élection présidentielle. Tout en reconnaissant les efforts fournis par ses collaborateurs à tous les niveaux, il leur a demandé de se surclasser pour relever le défi d’une bonne montée des recettes en 2021.

Défis 2021.

Accroître les revenus, demande une bonne organisation. Sur ce chapitre, le Dg des Impôts a donné les recettes que sa structure envisage mettre en œuvre pour être plus performante. Pour lui, il faut sans relâche poursuivre les efforts. C’est pourquoi, il veut rendre la digitalisation totale de l’administration effective. Il veut rechercher les méthodes révolutionnaires pour augmenter le rendement de sa structure. Il veut à travers des procédés, ne pas dépendre d’un nombre restreint et limité de contribuables. Cette méthode qui s’affiche en dépendant, doit donc être mise à l’écart. Pour 2021, les prévisions de recettes s’élèvent à 2 748,7 milliards de francs Cfa. Elles connaissent donc une hausse de 396,5 milliards de francs Cfa. Ce qui projette une progression de 16,9 % par rapport à ce qui a été réalisé en 2020. Pour y parvenir le Dg des Impôts, Sié Abou Ouattara,  invite les siens à s’approprier l’objectif pour travailler d’arrache-pied pour relever le défi. Les résultats de cet acharnement à la tâche vont, selon lui : « permettre à notre pays de satisfaire les attentes des populations et de respecter ses divers engagements. Ce n’est que de cette façon que nous pouvons soustraire notre pays de l’aide extérieure, de la mendicité qui ne dit pas son nom ». Les travaux du séminaire ont porté sur le bilan de la mise en œuvre des projets de digitalisation et la réflexion sur les perspectives qui vont en découler. Il y a eu en outre, des échanges sur les points clés de l’annexe fiscale pour la gestion 2021, ainsi que des ajustements et les changements de méthode de travail impliquant les innovations.

Clément Koffi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *