Détournement des fonds de l’axe Divo-Fresco: Le mal que Bédié a fait aux Godié et Dida

Détournement des fonds de l’axe Divo-Fresco: Le mal que Bédié a fait aux Godié et Dida
235 Vues

L’axe Divo-Fresco. 130 kilomètres à parcourir pour joindre les deux départements. Un véritable parcours de combattant pour ceux qui font cette distance.  Pour joindre les deux villes, il faut passer au moins trois heures. Cette voie, il faut l’avouer n’est pas bitumée. Lors de la visite de travail du Premier ministre Amadu Gon dans la région du Gbôklè, les populations fatiguées et exacerbées des nombreux dangers qu’elles rencontrent sur cette route non bitumée, ont lancé un appel au chef du gouvernement Amadou Gon Coulibaly  pour le bitumage de cette voie. Il est considéré comme le sauveur, le seul espoir des Dida et des Godié pour laver l’affront que leur a infligé un certain Henri Konan Bédié, celui qu’on appelle le grilleur d’arachide dans ces deux régions. C’est à cause du mal qui leur a été infligé par Bédié que certaines populations Godié et Dida vont se révolter contre le PDCI du père de la nation, pour basculer au FPI en 1990. Comme l’exemple des milliards décaissés par le gouvernement ivoirien pour la création de plusieurs complexes sucriers dans le nord de la Côte d’Ivoire et détournés par le ministre de l’économie de l’époque, les fonds qui ont été également alloués au bitumage de l’axe Fresco-Divo ont été utilisés à d’autres fins sous le parrainage de M. Henri Konan Bédié, tout puissant premier Ministre de l’Economie et des Finances du président Félix Houphouët-Boigny. Alexis Thierry Lébé, un ministre de la région qui avait longtemps accompagné le président Félix Houphouët-Boigny réclame un soir, sous une pluie battante au domicile de Bédié, les fonds du bitume de l’axe au ministre de l’Economie et des Finances de 1964 à 1976. ‘’ Monsieur Lébé, paix à son âme a été menacé de limogeage par Bédié s’il insistait sur le bitumage de l’axe Divo-Fresco. A cette époque, Bédié étant l’homme de main du président Boigny avait le pouvoir de démettre n’importe qui. Et c’est bien ce pouvoir qui lui a été retiré en le nommant président de l’assemblée nationale’’, nous confie un octogénaire témoin de l’époque récemment lors de la visite du premier ministre dans la région du Gbôklè. Une mission qui a bien servi l’Essor Ivoirien, du fait de cette capitale information. Ce jour, selon notre interlocuteur, le ministre Alexis Thierry Lébé dans sa tenue traditionnelle du terroir Godié souffrira de tous les affres d’un ministre de l’économie et des finances. Bédié a craché à la figure de cet homme qui peut-être son père. Lui (Bédié) disant que l’axe Divo-Fresco ne représente rien dans l’économie du pays selon notre interlocuteur.  ‘’ Bédié ignorait que les deux départements étaient de fortes zones de production de café et cacao à cette époque’’, note le doyen. A cause des brimades dont a été l’objet le ministre Lébé, les Dida et Godié n’ont plus jamais porté en cœur le PDCI. Quelle ‘’ grosse bêtise’’ du ministre de l’économie de Boigny ! Toutes ces grosses erreurs ont contribué à son limage à ce juteux poste et plus tard au choix que le président Houphouët ait porté sur Alassane Ouattara pour continuer son œuvre. Aujourd’hui cette voix traverse trois sous-préfectures. Il s’agit celle de Dairo-Didizo située dans la région du Loh Djiboua et celles de Gbagbam et Dahiri dans la région du Gbôklè. Les trois sous-préfets sont toujours couverts de nuages de poussière quand ils expriment le besoin de rallier les deux villes (Divo-Fresco). Le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly considéré comme le salvateur a été invité par le porte-parole de la population de Fresco de bien vouloir prendre des initiatives pour le bitumage de cet axe.
Romaric Sako   

L K

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *