Polémique autour de Adissa Touré, la ‘‘guérisseuse’’ de Kolia : Et si, c’était de l’arnaque !

Polémique autour de Adissa Touré, la ‘‘guérisseuse’’ de Kolia : Et si, c’était de l’arnaque !
574 Vues

Depuis quelque temps,  une affaire de guérison miracle défraie la chronique. Par  centaines, des hommes,  des femmes et  des enfants de différentes nationalités convergent vers  la localité de Kolia, dans le nord de la Côte d’Ivoire. Objectif, bénéficier des miracles de dame Adissa Touré, une guérisseuse qui a été révélée il y’a environ deux ans. S’il est vrai que la réputation de cette prophétesse des temps modernes a dépassé les frontières ivoiriennes, il n’en demeure pas moins qu’ils sont nombreux, les observateurs et autres critiques, guides religieux et intellectuels qui s’interrogent quant à  la sincérité du pouvoir de celle qui fait l’actualité en Côte d’Ivoire.

Dame Adissa Touré, puisque, c’est d’elle qu’il s’agit, traitée à tort ou à raison  d’idolâtre ou de mystérieuse, précise sur sa page facebook : « Moi Adissa, je suis française et je voudrais que vous m’aidiez à prier pour la France. Qu’Allah bénisse la France(…) Je suis une grâce pour la Côte d’Ivoire. Aucun sorcier ni génie ne peut me résister ». En outre, elle raconte qu’elle a pris conscience de son don, il y’a 5 ans. « Je prenais ma voiture avec un seau d’eau que j’attachais dans de petits sachets. Je me promenais ensuite à Abobo, à Adjamé, à Yopougon, à Treichville. Je criais  »venez prendre de l’eau, ça va vous soigner. Venez, venez prendre ». C’est comme cela que tout a commencé », dit-elle. Mais, de fait qui est réellement cette femme qui fait tan parler d’elle ? Est-ce, une idolâtre, une prêcheuse ou une guérisseuse ? Sur la question, les avis sont plus ou moins partagés. Toutefois, à travers cette information, l’on se rend compte qu’Adissa Toure est une personnalité publique française d’origine ivoirienne ayant passé le plus clair de sa vie en Europe et précisément en France. Pour L’iman Aguib Touré,  il n’y a  aucune preuve palpable pour affirmer  que Adissa Touré,  travaille  avec des djinns. Toutefois, reconnaît-il : «  elle a commis 5 erreurs. Notamment, le fait de comparer sa potion de guérison ( nassi ) au saint Coran, le fait de dire que son eau mystique était au-dessus de l’eau de zamzam, l’eau sacrée en islam,  de prendre les devants dans une assemblée d’hommes, de mélanger les hommes et les femmes lors de ses séances de prière et de guérison et  que les gens adorent sa photo. Pour toutes ces raisons, il demande aux musulmans qui en doutent de ne pas y aller pour ne pas fausser leur foi ou aller à l’encontre de leur conviction.

Du mystère autour des outils utilisés

Mais quels sont réellement, les outils que cette dame utilise pour faire ses miracles ? A l’instar de nombreux guérisseurs et autres prophètes, dame Adissa Touré soigne par la  prière et les éléments naturels dont l’eau, par le simple regard, par imposition des mains,  le miel et le beurre de karité.  Ces outils sont-ils, en adéquation avec l’islam dont elle prône ? Comment fait-elle pour réussir cette double tâche ?  A défaut d’apporter des réponses catégoriques à toutes ces interrogations, l’Iman Aguib Touré donne des conseils à la guérisseuse : «  Nous te recommandons de ne pas faire la Dawah (la prédication) car à travers tes enseignements tu fais beaucoup d’erreurs. Il te faut une formation avant de prêcher. On voit en toi, la volonté de faire la promotion de l’islam mais il te faut une certaine qualification pour faire la Dawah. Tu dois plutôt avoir des imams, des chefs pour te guider. En ce qui concerne tes guérisons miraculeuses, nous n’avons pas encore de preuves que cela est vrai ou cela est faux. Donc nous encourageons ceux qui croient en tes œuvres mais nous soutenons aussi, ceux qui doutent encore de tes pratiques car cela révèle de la parole de Dieu », a conseillé  le guide religieux. Quant aux  adeptes de Adissa Touré, ils sont formels. Pour eux en effet, l’eau vient d’Allah (Dieu), le beurre de karité est fait avec les fruits de karité qui est une invention de Dieu. Les abeilles qui produisent du miel sont également des créatures de Dieu. Pourquoi dire alors que dame Adissa Touré utilisent des choses illicites pour effectuer ses miracles ? Ils vont même plus loin en mettant au défi   toutes les  personnes qui pourraient  prouver par des versets coraniques ou Hadiths que les éléments cités plus haut sont illicites en islam. Pour eux, les miracles d’Adissa Touré à travers ces éléments naturels sont en parfaite harmonie avec l’islam. Le deuxième élément qu’ils évoquent, est la prière. Adissa Touré utilise les noms de Dieu en Islam pour les miracles. En effet, tout musulman peut invoquer le nom de Dieu pour la réalisation d’un vœu, d’un souhait. Elle agit donc par la parole sacrée d’Allah selon eux. Et selon le Coran, c’est par la parole qu’Allah créa la terre et les cieux. Les adeptes de  Adissa Touré sont donc convaincus qu’elle fait ses miracles tout « en restant dans le chemin d’Allah ».

Et si c’était de l’arnaque  ou de l’hérésie?

Dans une  vidéo publiée sur la page  »Nourdine Jamah » récemment, la guérisseuse, Adissa Touré,  a fait une sortie où elle vante son produit qu’elle appelle  »Nansidji », en langue Malinké.  Selon elle, son breuvage serait la manifestation directe de la puissance divine. Par conséquent, son  »Nansidji » serait au-dessus du Coran qui ne contient que la parole écrite de Dieu. Son  »Nansidji » serait aussi supérieur à l’eau de  »Zam-Zam » qui guérit aussi, plusieurs maux selon la tradition islamique. Et pourtant, le saint Coran est pour les musulmans, la parole incréée de Dieu qui n’a aucun égal. L’eau de  »Zam-Zam » est quant à elle, issue d’un puits, une source d’eau intarissable qui se trouve à la Mecque depuis des millénaires. Elle tire son origine de l’histoire d’Ismaël, fils du patriarche Abraham, lorsqu’il fut abandonné avec sa mère dans le désert. Cette source d’eau apparue miraculeusement lorsque l’enfant et sa mère recherchaient de l’eau de toutes parts pour étancher leur soif. Ce sont donc, ces deux symboles auxquels semble comparer dame Adissa Touré, à son  »Nansidji ». La réaction de  l’Imam Hamidou Berthé, ne s’est pas fait attendre.  Pour ce guide religieux en effet, c’est une hérésie de comparer un  »don » de guérison au saint Coran et à l’eau de  »Zam-Zam ». Toujours, selon lui, dame Adissa Touré, se disant de confession musulmane, ne peut pas affirmer que  son don de guérison  est supérieur à certains fondements de sa religion ? Son succès lui monte-t-elle à la tête ? s’interroge-t-il ? Rappelons que le phénomène Adissa Touré suscite depuis plusieurs semaines de nombreuses interrogations et théories. Interrogé par une chaîne de télé locale sur cette affaire, le  Conseil Supérieur des Imams, des Mosquées et des Affaires Islamiques (COSIM)  n’a pas souhaité prendre une « position sans chercher à connaître et à comprendre les tenants et les aboutissants de cette pratique. En tout état de cause, au fil des jours, la polémique sur la véracité et la crédibilité des « miracles » quant au don de guérison de la prophétesse de Kolia enfle. Entre détracteurs et adaptes, le débat alimente toutes les conversations. En attendant bien sûr que toute la lumière soit faite. Car pour certains détracteurs de dame Adissa Touré, outre, les doutes qui pèsent sur  son  don divin, il y’a également les récurrentes questions de sécurité et de santé. Parce que soutiennent-ils, mordicus : « il s’agit d’abord de la propagation du Covid-19, quand on connait le grand nombre de personnes qui se rendent à Kolia. Il y’a ensuite, le défi sécuritaire avec les terroristes de l’autre côté des frontières. Ces gens peuvent facilement se mêler à la foule qui vient aussi du Mali et du Burkina Faso pour se faire soigner ». Toujours, est-il que le mystère Adissa Touré qui continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive  risque de rester encore longtemps épais.

Eugène Kanga

L K

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *