RHDP/ Restructuration d’accord : Mais, la sensibilisation s’impose

RHDP/ Restructuration d’accord : Mais, la sensibilisation s’impose
270 Vues

Alassane Ouattara n’entend pas laisser la chienlit s’installer au RHDP, le parti créé en hommage à Félix Houphouët-Boigny. Une formation politique en passe d’être traversée par des courants divergents. Aussi, a-t-il  décidé de sa redynamisation en mettant en place un comité restreint en vue d’une profonde restructuration. Bien que cette décision ait été saluée par la majorité des militants et sympathisants, nombreux sont ceux qui soutiennent qu’en plus, une  sensibilisation s’impose. 

En guise d’illustration, la tournée des délégations sur l’ensemble du territoire a enregistré un chapelet  de griefs contre les hauts cadres du parti. Le chef de l’État, en décidant de confier la direction du parti à des personnalités au tempérament et aux méthodes plus policés entend non seulement, resserrer les rangs au sein du parti, également apaiser, le verbe sur le front politique. en effet, c’est un secret de polichinelle que d’affirmer que bien de personnalités ont pris leur distance avec le parti présidentiel alors qu’elles ont enduré les pires brimades aux côtés du Chef de l’État actuel alors qu’il était opposant politique. L’ancien responsable du RDR d’alors, en charge des questions électorales, Mamadou Sanogo en est, la parfaite illustration. Il s’en est ouvert avec amertume lors des dernières législatives, déplorant la manière dont les choses évoluaient dans la case. Bien d’autres responsables, comme lui,  sont à ronger leur frein dans l’ombre estimant avoir été injustement mis à l’écart après avoir mené le combat aux heures de braises ou même de n’avoir pas été recompensé comme ils l’espéraient. Il s’agira donc de remobiliser toutes ces intelligences autour du parti pour les futures batailles qui s’annoncent rudes.

Comment le « bon ton » a guidé le chef de l’Etat

Ces nominations répondent également selon notre analyse, à la volonté du Chef de l’État de ramener « le bon ton » dans le débat politique en interne et en externe. Il n’échappe, à personne que les prises de position souvent frontales de l’ancienne direction exécutive ont souvent fait monter le mercure en ravivant les tensions que l’on croyait définitivement contenues au sein de la classe politique ivoirienne. En nommant des personnes dont les valeurs humaines et la longue expérience politique ne sont plus à démontrer, on voit là une volonté manifeste du chef de l’État à aller résolument à la réconciliation en commençant par tempérer le verbe au sein de sa propre formation politique. C’est aussi, une marque d’attention particulière du chef de l’État à l’endroit du Premier ministre Patrick Achi, qui devra avoir les coudées franches pour mener son équipe vers l’atteinte des objectifs fixés. « Nous sommes un gouvernement de mission et nous serons un gouvernement de résultat, parce qu’il ne serait question de faillir dans la réalisation de la vision du président de la République et de son projet de société « pour une Côte solidaire ». Il s’agira de propulser définitivement notre pays au rang des pays à revenus intermédiaires de tranche supérieure avec d’ici 10 ans, une majorité d’Ivoiriens qui appartiennent avec leurs familles à la classe moyenne », avait déclaré Achi Patrick à l’occasion du séminaire gouvernemental de rentrée le  mercredi 21 avril. S’il est vrai que la décision du président du RHDP de redonner  un nouveau souffle au parti politique des rangs duquel il est issu en nommant de hauts dignitaires et surtout de vieux compagnons de lutte que sont les ministres Aly Coulibaly, Gilbert Kafana et le dynamique et populaire Cisse Bacongo, il n’en demeure pas moins, qu’une sensibilisation s’impose.

De la nécessité de la sensibilisation des militants

La décision du président du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP) Alassane Ouattara de restructurer la direction exécutive en mettant en place, un comité restreint a été saluée par la majorité des militants dudit parti. Toutefois, nombreux sont ceux qui pensent qu’en marge de cette refonte, il est impérieux qu’une campagne de sensibilisation soit organisée en faveur des militants et sympathisants dont beaucoup se disent abandonnés et même oubliés. Tel est le cas de SD, militant de première heure du RDR qui ne comprend pas le comportement de certains dirigeants actuels. « Nous sommes et nous serons toujours d’accord avec les décisions de notre président Alassane Ouattara qui vont dans le sens de la redynamisation du parti qui se veut la plus grande formation politique du pays. Toutefois, nous ne saurions nous accommoder de certains comportements qui frisent la frustration et le mépris », a-t-il dénoncé avant de faire des propositions qui pourraient booster la dynamique de sa formation politique. « Il y’a des hommes, des femmes et des jeunes qui ont tout donné pour ce parti(RDR). Aujourd’hui, que nous sommes aux affaires et surtout avec la création du RHDP, ces derniers sont relégués au second plan. Ce sont ceux, qui viennent d’arriver qui jouissent. Nous demandons à notre président d’envoyer des missions de sensibilisation auprès des militants », a-t-il proposé.

Entretenir la flamme de la solidarité et du « vivre-ensemble »

C’est une vérité de Lapalisse. Que de dire que le chef de l’Etat Alassane Ouattara a fait de la solidarité et du « vivre-ensemble », le socle et  une des priorités de sa politique. Le partage et le bien-être des populations étant son souci, il a maintes fois, invité les cadres de sa formation politique à être solidaires des populations et surtout des militants qui se sentent oubliés et abandonnés. Plutôt que de suivre les instructions de leur mentor, certains cadres se sont abonnés aux querelles de clocher mettant à mal la cohésion au sein du parti. Aujourd’hui, qu’il a décidé d’apporter un nouveau souffle au parti, il doit également mettre l’accent sur la sensibilisation pour ramener à la maison ceux qui se sentent oubliés et abandonnés.

Se rappeler des martyrs et des militants de première heure

Des femmes, des hommes et des enfants étaient,  présents  aux premières heures de la lutte pour la conquête du pouvoir. Le long parcours politique d’Alassane Ouattara, actuel, président de la République de Côte d’Ivoire et son parti d’origine, le RDR,  a une histoire. Du Rassemblement des républicains (RDR) au Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP), le chemin a été long. Des acteurs clés ont animé chacune des étapes de cette longue lutte. C’est pourquoi, certains observateurs, pensent que ces  derniers méritent un minimum d’attention de la part des tenants actuels du pouvoir idéologique du parti d’Etat. D’où l’obligation pour  la direction actuelle, d’initier des actions en faveur de tous ces « soldats » qui ruminent leur colère. Le comité restreint mis en place, par le président Alassane Ouattara doit avoir, au nombre de ses priorités, la sensibilisation des militants surtout ceux de la base. Car nul n’est besoin de rappeler que les futures batailles seront rudes avec le retour de Laurent Gbagbo et le PDCI qui est en pleine mutation. L’humilité doit désormais habiter les cadres et les décideurs du parti houphouestiste qui entend glaner encore des lauriers aux prochaines joutes électorales.

Eugène Kanga B

L K

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *