Audits, corruption…/Lanciné Diaby, DG du FER limogé

Audits, corruption…/Lanciné Diaby, DG du FER limogé
95 Vues

Les enquêtes élargies à toutes les sociétés étatiques et les EPN

Sa réaction

L’engagement du chef de l’Etat de combattre la corruption porte ses fruits

L’opération « mains propres » initiée par le gouvernement ivoirien vient de faire une victime de taille. En la personne du directeur général du Fonds d’Entretien Routier(FER), Lanciné Diaby. Cette décision a été prise après un conseil d’administration. L’intérim sera assuré par Madame Lasmel, antérieurement directrice qualité au FER. La réaction du désormais ex-directeur général ne s’est pas fait attendre. Il a produit une déclaration, non seulement pour confirmer l’information, mais aussi  pour annoncer qu’il reprendrait sa fonction de député à l’Assemblée nationale. Dans notre édition d’hier, nous annoncions que le  lundi 8 novembre dernier,  le Premier ministre Patrick Achi lors de son grand oral à l’auditorium de la Primaturepour sa première conférence de presse sur l’action gouvernementale rappelait si besoin en était, la volonté du président de la République Alassane Ouattara  d’assainir la gestion de la chose publique et partant combattre sans faiblir la corruption et la prévarication des ressources publiques. « Le processus est irréversible et ira jusqu’à son terme » avait-il indiqué en substance. Trois jours après cette déclaration, l’on apprend le limogeage de Lanciné Diaby, directeur général  du Fonds d’Entretien routier (FER). L’information a été  relayée par le journaliste d’investigation Said Penda qui depuis quelques semaines dénonçait des pratiques de mal gouvernance dans la gestion de ce Fonds. Lanciné Diaby, cadre du parti présidentiel en charge de l’électorat de la diaspora a été limogé et remplacé toujours selon ce journaliste d’investigation par Madame Lasmel qui devient ainsi Directrice générale par intérim.

L’engagement du chef de l’Etat de combattre la corruption porte ses fruits

La détermination du   chef de l’Etat, Alassane Ouattara, de  combattre fermement et avec efficacité la mauvaise gestion des sociétés d’Etat, s’est illustré en   avril dernier par la création d’un ministère entier dédié à la Promotion de la bonne gouvernance, du Renforcement des capacités et de la Lutte contre la corruption, dirigé par le juge Zoro Bi Ballo Épiphane.

Le Premier ministre, Patrick Achi, lors de sa conférence de presse du 8 novembre à la Primature, a réaffirmé  cette détermination à  poursuivre et à renforcer la lutte contre la corruption et autres dysfonctionnements qui plombent l’économie ivoirienne. Cela devient une impérieuse nécessité au regard du rang peu honorable qu’occupe la Côte d’Ivoire en matière de corruption. Selon l’Ong Transparency International,  la Côte d’Ivoire est classée 104 sur 180 pays, sur l’indice de perception de la corruption de 2021.  Pour rappel,  des Directeurs généraux de structures publiques avaient été suspendus à la suite d’investigations préliminaires sur leur gouvernance. «Suite à des investigations préliminaires sur la gouvernance de certaines structures de l’Etat, il a été décidé de diligenter des audits » avait alerté le gouvernement ivoirien.  Sur  sur la base des conclusions des premières investigations et dans l’attente des résultats de ces audites, certains responsables de structures ont été  l’objet de suspension à titre conservatoire. Ainsi,  les dirigeants des structures comme la Nouvelle Pharmacie de la Santé Publique (NPSP),  l’Agence de Gestion et de Développement des Infrastructures Industrielles (AGEDI), l’Autorité de Régulation des Télécommunications/TIC de Côte d’Ivoire (ARTCI), Agence de Gestion Foncière (AGEF) avaient été suspendus de leurs fonctions à titre conservatoire. Rappelons que c’est mercredi 10 novembre dernier  que les administrateurs ont reçu des convocations pour la tenue de ce conseil d’Administration extraordinaire qui a vu le départ du directeur général du FER et l’intérim de madame Lasmel .

Comment le journaliste Said Penda a fait limoger le DG du FER

Engagé dans un duel depuis des jours contre le désormais ex-Dg du FER, le journaliste Saïd Penda a annoncé hier  jeudi 11 novembre 2021,  le limogeage de Diaby Lanciné.  En effet, sur sa page facebook, il  a annoncé que Diaby Lanciné a été limogé de son post. « Le tout-puissant ‘ DG du FER a été limogé ce matin, lors d’un Conseil d’Administration extraordinaire, comme je l’avais annoncé hier dans une publication. Mme Lasmel, jusqu’ici Directrice Qualité au FER, a été nommée DG par intérim », lit-on,  sur sa page facebook. Selon lui, le cas du Directeur pourrait connaitre un autre tournant décisif, l’audit réalisé dans le cadre de l’opération mains propres lancée par le Président Alassane Ouattara n’épargnera personne surtout pas les gestionnaires des deniers publics qui auront pris des libertés avec des biens de l’État. Le journaliste a d’ailleurs fait savoir qu’il prouvera dans des publications prochaines avec des documents à l’appui, l’origine des ennuis de  Diaby Lanciné, ennuis qui ont un lien avec d’importants détournements de fonds.

Voici la réaction de Lanciné Diaby après son limogeage

« C’est une page qui se tourne certes, mais elle ouvre le champ à de nombreuses perspectives selon le plan de Dieu, car je suis avant tout un serviteur de l’Etat », a déclaré Lanciné Diaby  dans un texte publié sur sa page officielle Facebook. « Je me tiens donc à l’entière disposition de la République pour lui rendre tout ce qu’elle a pu me permettre d’acquérir en matière de formation, d’expériences et de compétences », a-t-il indiqué. Ajoutant que « cela se traduira dans un premier temps par la reprise de mes activités parlementaires et la poursuite de mon action municipale, pour renforcer mes engagements en faveur des populations de la Circonscription 124 en général et de Samatiguila en particulier ». Lanciné Diaby n’a pas manqué d’avoir un mot pour les siens. Notamment les populations qui en toute circonstance, ont  toujours su lui apporter cette force pour l’aider à arracher toutes les grandes victoires survenues au cours de cette période.

Les enquêtes élargies à toutes les sociétés étatiques et les EPN

Liée aux processus et résultats politiques et institutionnels nécessaires pour atteindre les objectifs de développement, la Bonne gouvernance reste une notion fortement ancrée au cœur de l’action gouvernementale. C’est dans ce cadre que, les enquêtes sont désormais élargies à toutes les sociétés étatiques et les Établissements Publics Nationaux (EPN). Le Président de la République Alassane Ouattara a insisté sur la nécessité de poursuivre la moralisation de la vie publique en encourageant le Premier ministre à prendre des initiatives dans ce sens, lors de la célébration de la Journée nationale de l’excellence le 5 novembre 2021 au Palais de la Présidence. « Monsieur le Premier Ministre, pour marquer tout l’intérêt que nous accordons à la problématique de la bonne gouvernance, je vous demande d’instaurer un nouveau Prix portant sur la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption », a instruit le Président Alassane Ouattara. Cette déclaration du Président de la République, plus qu’un simple vœu, vient confirmer la volonté des autorités ivoiriennes d’ériger la bonne gouvernance en mode de fonctionnement au sein de l’administration publique. Dans un contexte marqué par d’importants progrès réalisés dans tous les domaines de la vie socio-économique, depuis 2011, la promotion de la culture de la bonne gouvernance et la transparence dans la gestion des affaires publiques est d’une grande nécessité pour le bien-être des populations. Pour rappel, la volonté du gouvernement de faire de la Bonne gouvernance un pilier de l’action gouvernementale s’est manifesté par la création et la mise en place de plusieurs organes dont la  Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance qui est une autorité administrative indépendante créée par l’Ordonnance n°2013-660 du 20 septembre 2013 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption et les infractions assimilées, telle que modifiée par les ordonnances n°2013- 805 du 22 novembre 2013 et n°2015-176 du 24 mars 2015, et la création d’un ministère de la Promotion de la Bonne Gouvernance, du Renforcement des Capacités et de la Lutte contre la Corruption, à la faveur du dernier gouvernement d’avril 2021, témoignent ainsi de cette volonté des autorités ivoiriennes.

Eugène Kanga B

Eugene KANGA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *