Présidentielle 2025/Voici le danger qui guette Bédié

Présidentielle 2025/Voici le danger qui guette Bédié
604 Vues

-Le président du PDCI rattrapé par son passé

Lors de la conférence de presse qu’il a animée récemment, le procureur de la République Adou Richard n’est pas allé du dos de la cuillère pour asséné ses vérités aux leaders de l’opposition instigateurs de la désobéissance civile qui a fait au moins 80 morts en octobre dernier suite à l’élection présidentielle. Le magistrat hors hiérarchie a indiqué que tous ceux qui seront reconnus coupables seront poursuivis par la justice ivoirienne. Pour l’ancien chef de l’Etat et président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI –RDA), Henri Konan Bédié et les leaders d’opposition impliqués dans la désobéissance civile de 2020, 2022 démarre sous des auspices plutôt incertaines avec les menaces au regard  des poursuites judiciaires brandies par le procureur de la République. Au nom de la lutte contre l’impunité, la justice ivoirienne se prépare à lancer des procédures contre ces responsables politiques qu’elle met en cause dans le pourrissement de la crise électorale de 2020, consécutive au nouveau mandat d’Alassane Ouattara, jugé anticonstitutionnel par l’opposition. S’il est vrai que pour de nombreux observateurs de la scène politique ivoirienne, le procureur Adou Richard ne peut pas se donner les moyens d’inquiéter le doyen d’âge de la classe politique ivoirienne, il n’en demeure pas moins que le magistrat semblait sûr de son affaire lors de sa conférence de presse du 27 décembre quand il assurait que les opposants concernés par les risques de poursuites subiront toute la rigueur de la loi pénale, l’objectif étant de lutter contre l’impunité des auteurs des infractions graves commises surtout à chaque période électorale. A l’analyse, S’il  est difficile d’imaginer  le procureur jeter Henri Konan Bédié en prison, une condamnation avec sursis pourrait éloigner le « sphinx » de Daoukro des joutes présidentielles de 2025. Cette hypothèse de condamnation avec sursis, selon des informations concordantes n’est pas à exclure. Précisons toutefois que jusqu’à preuve du contraire, constitutionnellement, rien n’empêche Bédié de briguer la magistrature suprême, le plafond d’âge étant supprimé. Mais avec une condamnation, les chances du président  du PDCI-RDA sont quasiment hypothéquées. Et son élimination garantie d’avance au grand dam de ceux de ses partisans qui voudront lui donner une chance à 91 ans. Quant à  Laurent Gbagbo,  condamné à 20 ans de prison pour le « casse » de l’agence nationale de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) en 2010, il  devrait sans surprise être écarté de la course à la présidentielle de 2025. On peut le dire sans risque de se tromper. En cas de mise en œuvre effective des menaces d’Adou Richard, Bédié pourrait subir le même sort que le président du Parti des Peuples Africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI). La méthode étant connue. Libre dans les faits, mais condamné donc amputé juridiquement. Cette menace du procureur de la République intervient au moment où le président du PDCI se réjouit de la reprise du dialogue politique en Côte d’Ivoire. « Je me réjouis de l’initiative du dialogue politique engagé récemment par le gouvernement qui, je l’espère, constituera une étape constructive vers un dialogue inclusif qui prendra en compte l’ensemble des sujets qui fragilisent l’expression du grand potentiel dont dispose notre pays », a déclaré M. Bédié. Avant d’indiquer : « nous nourrissons tous l’espoir insistant d’une paix durable pour notre pays en proie à des crises socio-politiques mortelles, sanglantes, depuis plus de deux décennies », ajoutant que « les blessures nous ont brisés à tel point que nous avons l’obligation de faire de la paix une réalité et un sacerdoce(…) Cette espérance nouvelle, est le moteur de mon combat traduit par les nombreux appels au dialogue que j’ai lancés, à la communauté internationale ainsi qu’au Chef de l’Etat, avant et après la dernière crise électorale d’octobre 2020 », a-t-il dit. 

Eugène Kanga B

Légende : L’épée de Damoclès plane sur la tête de Bédié

Eugene KANGA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *