Mali-Détention illégale de 49 soldats ivoiriens/La « folie » de trop !

Mali-Détention illégale de 49 soldats ivoiriens/La « folie » de trop !
79 Vues

-Pourquoi Assimi Goita doit mettre balle à terre

Alors même qu’on attendait que le chef de la junte au Mali, Assimi Goita  fasse profil bas pour reconnaître l’erreur de  ses   services de renseignement que Bamako continue de défier Abidjan en refusant de libérer les 49 soldats ivoiriens  emprisonnés depuis le dimanche dernier dans la capitale malienne. Foulant ainsi au pied, les relations commerciales et surtout fraternelles qui existent entre les deux pays depuis des lustres.

A l’analyse, le chef de la junte au pouvoir au Mali, est en train d’entrainer son pays dans un labyrinthe. En effet, depuis longtemps, la Côte d’Ivoire et le Mali entretiennent des relations commerciales. Toute chose qui a raffermi les liens de fraternité entre Ivoiriens et Maliens. Point n’est besoin de rappeler que ce sont  des milliers  de Maliens qui vivent sur le territoire ivoirien. Selon l’OIM, on estime à 4 millions le nombre de Maliens vivant à l’étranger, dont 2,7 millions en Afrique, en particulier en Côte d’Ivoire, au Gabon, en RDC et au Congo. A cela, il faut ajouter  qu’au niveau  commercial, la Côte d’Ivoire à travers ses deux ports (Abidjan et San Pedro) représente la meilleure destination pour son voisin. La majorité des transactions commerciales se passe  en terre ivoirienne. C’est d’ailleurs, pour cette raison que certains observateurs soutiennent que la Côte d’Ivoire est la sève nourricière du peuple malien. En dépit de cette évidence, Assimi Goita et ses camarades se sont enfermés dans une bulle comme s’ils caressaient le secret espoir de mettre en péril leurs compatriotes qui  vivent depuis des décennies pour  certains sur le territoire ivoirien. L’on pourrait qualifier de « folie », ce comportement inexplicable des responsables de la junte au pouvoir au Mali. Sinon comment comprendre qu’après toutes les précisions apportées aussi bien par les responsables des Nations unies et des autorités ivoiriennes avec preuve à l’appui, les  tenants du pouvoir à Bamako, s’obstinent-ils à maintenir en prison les 49 soldats ivoiriens en mission de soutien dans ce pays ami. Et ce, depuis plusieurs années, comme confirmé par la ministre à la Défense de la République d’Allemagne ? Nest-ce pas que suite au flou entretenu par une journaliste de RFI, l’Etat-major des Armées de Côte d’Ivoire a produit une déclaration pour faire entendre raison à Assimi Goita et ses camarades ? « Le porte-parole de la MINUSMA, Salgado, basé à Bamako, a déjà affirmé connaître l’existence de ce détachement de soutien national ivoirien basé à Bamako. Les éléments arrêtés ont été enregistrés dans les fichiers de la MINUSMA. Ce détachement de soutien national existe régulièrement », a affirmé le Colonel Guezoa Mahi Armand  lors d’un point de presse à Abidjan le 13 juillet dernier. Précisant que leurs prédécesseurs ont toujours bénéficié du badge UN qui atteste de leur présence officielle et des décorations ONU au terme de leur mission. Non sans rappeler que, le Chef d’État-major général des Armées ivoiriennes  est en contact avec son homologue malien et toutes les certifications ont été produites quant à la régularité de cette opération. C’est donc à juste titre qu’il a dit « au regard des excellentes relations qui ont toujours existé entre nos deux armées, nous espérons simplement que cette situation trouvera une solution apaisée dans des délais convenables ». Comme si cela ne suffisait pas, les autorités de Bamako ont pondu un communiqué hier  jeudi dans lequel, elles  suspendent  toutes les rotations de MINUSMA au Mali. On le voit, Assimi Goita et la junte se sont inscrits dans une logique de provocation  à la limite de la « folie » au grand dam des ressortissants maliens qui vivent sur le territoire ivoirien.

Bloffouê Bâ

Eugene KANGA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *