Korhogo-Elections locales de 2023/ Les femmes invitées à monter en première ligne

Korhogo-Elections locales de 2023/ Les femmes invitées à monter en première ligne
97 Vues

Intitulé « l’Ecole des femmes », le projet s’inscrit dans le cadre du projet d’appui à la participation politique des femmes pour une meilleure représentation de ces dernières aux prochaines joutes électorales locales de l’année prochaine en Côte d’Ivoire. Il vise, entre autres, le renforcement des capacités des femmes politiques candidates déclarées ou potentielles candidates femmes en leur fournissant des intrants stratégiques pour jouer un rôle prépondérant dans les processus démocratiques en Côte d’Ivoire, avec pour action immédiate leur participation effective dans les échéances électorales de 2023. C’est dans cette optique que 25 femmes issues des partis politiques ou groupements politiques tels que le Rhdp, le Pdci,  le Ppa-Ci, le Fpi, le Pit…ont été outillées en vue d’avoir les outils et les instruments nécessaires pour une meilleure représentativité dans les assemblées élues ou autres sphères de décision. C’était le vendredi 18 novembre 2022 dans la salle de conférence de l’Espace amis des femmes de Korhogo. Les obstacles à la participation politique des femmes et les mécanismes juridiques de promotion ainsi que les différentes étapes des élections régionales et municipales et les voies de recours en cas de contestation, ont constitué les principaux modules dispensés. « Nous avons l’état des lieux de la représentativité des femmes dans les assemblées élues ou sphères de décision  et nous avons abouti à ce triste constat. Les femmes sont sous-représentées comme en témoigne ces chiffres : au niveau du Sénat, 21 sur 99 sénateurs, soit 21,21%.34 femmes sur 255 députés à l’Assemblée nationale, soit 13,33%.S’agissant des mairies, elles sont 16 sur 201 maires élus, soit 7,96%.Tandis qu’au niveau des conseils régionaux de Côte d’Ivoire, il n’y a qu’une seule femme élue, en l’occurrence Mme Anne Désiré Ouloto, soit 3,22%.Sur 33 membres du gouvernement 2 du Premier ministre Patrick Jerôme Achi, on compte seulement 7 femmes, soit 3,22%.Concernant les Institutions de la République et les organes associés, Mme Henriette Dagri Diabaté, et Mme Chantal Camara qui sont respectivement grande Chancelière et première responsable de la Chambre de cassation, sont les deux femmes à ce niveau, soit 11,76% », a fait savoir N’dété Clovis Delacroix, expert en genre, droits humains et gouvernance électorale et principal formateur. Le 1er vice-président et chargé de programme au Comité de coordination pour la participation politique des femmes (2c2pf), N’dété Clovis,  a exhorté les participantes à briser les barrières, à surmonter les obstacles et à s’engager résolument en politique : « la politique ne doit pas être seulement l’affaire des hommes, c’est l’affaire de tous (…) C’est la gestion de la chose publique (…) Quand il y aura plus de femmes en politique, le visage de la politique va changer », a requis N’dété Clovis. Il convient de noter que ledit projet bénéficie de l’appui financier et technique de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique, du Ndi, de l’Oneg et de African council on relations (Car).Le projet l’Ecole des femmes formera, à terme, 100 femmes, à raison de 25 dans les localités de Korhogo, Bouaké, Abidjan et Divo.

Bakary Koutchanwa, Correspondant régional

Eugene KANGA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *