Korhogo-Projet « Jeunes de valeur »/ L’art pour détourner la jeunesse de l’extrémisme violent

Korhogo-Projet « Jeunes de valeur »/ L’art pour détourner la jeunesse de l’extrémisme violent
98 Vues

Utiliser le théâtre comme un moyen d’attraction et de canal de diffusion des messages de sensibilisation sur les thèmes de l’imminence des défis sécuritaires.

C’est ainsi qu’autour du thème « la jeunesse face à l’extrémisme violent », il a été organisé, le mercredi 23 novembre 2022, dans la salle de conférence d’un réceptif hôtelier de Korhogo, des prestations artistiques ou performances artistiques,  notamment deux sketches. Lesquels sketches sont en lien avec le dialogue communautaire, la mise à mal de la cohésion sociale et la réinsertion sociale post-crise d’un ex-combattant. Alternés en français, sénoufo et malinké, les prestations artistiques se voulaient également participatifs pour, renseigne Abdoulaye Djiré, metteur en scène, mieux toucher le public cible, composé de membres de la communauté, d’autorités administratives, religieuses, traditionnelles et autres parties prenantes. « Pour s’adresser à une telle cible, qui est majoritairement semi-rurale ou rurale, il faut un vocabulaire plus accessible (…) Et, il est démontré qu’à travers l’art, le slam, la musique ou le théâtre…les messages passent plus facilement », explique Rita Dro, chargée de communication du projet « Jeunes de valeur ». Le coordonnateur départemental dudit projet, Paré Yssouf,  a informé que ces activités qui étaient, d’une part,  pédagogiques (séance de formation) et d’autre part, ludiques (prestations artistiques), peuvent contribuer fortement à éloigner les jeunes de l’extrémisme violent tout en évitant qu’ils s’enrôlent dans des groupes terroristes. Ce projet qui est financé par l’Union européenne,  mis en œuvre par la Fondation Friedrich Ebert Côte d’Ivoire, en partenariat avec le Cndh-Ci, le Wanep-Ci, le Rasalao et le Réseau ivoirien des leaders (Ril), couvre la période allant d’octobre 2021 à mars 2023,  est exécuté dans les localités de Korhogo, Ferkessédougou, Béoumi, Daoukro, Duékoué, Man, Bondoukou, Gagnoa, San Pedro et Yamoussokr

Bakary Koutchanwa, Correspondant régional

Eugene KANGA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *